Noël en Provence

Les traditions de Noël dans les Alpilles

Dans les Alpilles et en Provence, les fêtes calendales sont des traditions fortes, comme dans beaucoup de villages de la région. Tout commence le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, pour se terminer le 2 février avec la Chandeleur. Une succession de traditions, de fêtes et de coutumes se déroulent à cette période de l’année. Noël en Provence est avant tout une fête familiale, intime et conviviale. C’est aussi un symbole de renaissance de la nature au cœur de l’hiver.

Les moments clés d’un Noël en Provence authentique et traditionnel

Le Blé de l'Espérance

En Provence, le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, il est coutume de semer des grains de blé sur du coton humide dans une coupelle. La tradition est d'avoir 3 coupelles de blé. Ces coupelles, après avoir germer pendant 3 semaines, sont utilisées pour la décoration de la table de Noël, lors du Gros souper. 

Comme on dit : "Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn" qui signifie "Quand le blé va bien, tout va bien" ! Le blé est signe de prospérité pour l'année suivante. 

La crèche et les Santons de Provence

Aux premiers jours de novembre, de nombreuses foires aux Santons s’organisent dans toute la Provence. Le vrai Santon du provençal « Santoun » (petit saint) est en argile, il est crée artisanalement à la main. Les santons doivent ensuite prendre figure humaine, une allure, un caractère et même un rang social.

Dès début décembre, c’est le moment idéal pour faire la crèche. Le décor est une reconstitution d’un village provençal et de son petit monde : boulanger, docteur… On y retrouve bien entendu les personnages bibliques formant la crèche : la Sainte-Vierge et Saint-Joseph auxquels s’ajoutent, le 24 décembre à minuit, l’Enfant Jésus ainsi que les bergers avec leurs troupeaux et l’âne avec le bœuf. Le 6 janvier, jour de l’Épiphanie, les Rois Mages sont ajoutés : Gaspard, Melchior et Balthazar.

La Pastorale des santons d’Yvan Audouard

La Pastorale est une mise en scène d’une crèche provençale à taille humaine lors de la naissance de Jésus de l’oeuvre d’Yvan Audouard, uniquement à Saint-Rémy-de-Provence. Des comédiens amateurs Saint-Rémois, petits et grands, prennent le rôle d’un santon de Provence le temps d’une soirée. L’histoire, les chants provençaux et la glorification de la naissance du « divin enfant » rend cette soirée mémorable en Provence.

« Ne vous étonnez donc pas si Bethléem se situe dans les Alpilles de Provence et si les témoins de la naissance du petit Jésus parlent avec l’accent du Midi. »

 

Le feu de la Saint-Jean d'hiver

La tradition du feu de la Saint-Jean vient des écrits de Frédéric Mistral. Les deux Saint Jean se rapprochent des solstices, Saint Jean-Baptiste pour le solstice d’été et Saint Jean l’Evangéliste pour le solstice d’hiver. C’est une tradition ancrée dans les familles provençales où autrefois, on brulait une bûche d’arbre fruitier mort dans l’année. Cette fête symbolise la purification et le souhait du renouveau et elle a lieu le dimanche précédant Noël.

Aujourd’hui, on célèbre le feu de la Saint-Jean par des danses folkloriques en costumes d’arlésiennes autour du feu dans le centre de Saint-Rémy-de-Provence. L’Association La Respelido Provençalo joue un rôle important dans ce Noel provençal en format toute l’année les plus jeunes aux coutumes et traditions provençales.  

La veille de Noël

Le Gros Souper

Le gros souper est servi le soir de Noël, avant de se rendre à la messe de minuit. Il consiste à un repas maigre. Il y a un symbolique derrière le dressage de la table, de la nappe jusqu'aux plats :  
La table est couverte de 3 nappes blanches avec 3 chandeliers et les 3 coupelles de blé germé de la Sainte-Barbe. Le numéro 3 se réfère à la Trinité. Ensuite vient les 7 plats maigres en souvenir des 7 douleurs de Marie. Tous les plats sont servis en même temps au début du repas. Les plats maigres diffèrent d'un coin de Provence à l'autre, la viande n'étant pas présente, seuls les aliments suivants sont sur la table : des poissons, des légumes, des oeufs, des escargots, des gratins ou encore de la soupe...

La Messe de minuit

La Messe de Minuit est le coeur du Noël Provençal, pour célébrer ce moment sacré de l'année. Une crèche vivante où les personnages sont interprétés par des habitants du village peut être célébrée pendant la messe. Vous assisterez à la cérémonie du pastrage : un agneau nouveau-né, en offrande, est amené par les bergers devant la crèche. En Provence, les bergers sont très importants lors de la messe de minuit où ils étaient toujours les premiers à apporter leurs présents. La messe est célébrée en français rythmée par des chants provençaux.
Toute la cérémonie terminée, les familles rentrent chez elles et dégustent les treizes desserts.

Les 13 desserts d'un Noël en Provence

Après la Messe, dégustez les 13 desserts. Ceux-ci varient selon les régions de Provence, ils représentent Jésus et ses 12 apôtres.


Les quatre mendiants : fruits secs dont la couleur rappelle celle des robes des ordres des mendiants. 


- Les noix et noisettes qui représentent l'ordre des Augustins.


- Les raisins secs qui représentent l'ordre des Dominicains.


- Les amandes qui représentent l'ordre des Carmes.


- Les figues qui représentent l'ordre des Franciscains. 


• La Pompes à huile : pain brioché à base d'huile d'olive qui doit être rompu et non coupé comme le pain du Christ lors de son dernier repas. 


Les dattes : qui peuvent être farcies de pâte d'amande colorée, représentent le Christ venu d'Orient et rappelant l'origine des Rois Mages. 


Les nougats blanc et noir : symbolisent le pénitent noir et le pénitent blanc.


Après ces 8 pilliers, chacun adapte la suite à sa convenance selon ses goûts et les traditions locales : 


• Des fruits de saison : mandarines, pomes, poires, raisins ou melon vert


• Des fruits confits


• De la pâte de coing


• Des calissons


• Des oreillettes


Les treize desserts - Noël en Provence

Les treize desserts - Noël en Provence
Gâteau des Rois en Provence

Le gâteau des Rois : une vraie tradition en Provence.

L’épiphanie est une fête chrétienne qui se déroule le 6 janvier. Cette fête fait référence, dans la Chrétienté, à l'arrivée des Rois Mages auprès du divin enfant, Jésus. C'est ainsi que les Rois Mages (Melchior, Gaspar et Balthazar) prennent place dans les crèches le 6 janvier et y resteront jusqu'au 2 février, à la Chandeleur.

Ce jour annonce également, partout en France, le lancement de la Galette des Rois. En Provence, pas de galettes, nous avons le gâteau des Rois (ou couronne). Une brioche ronde avec un trou en son centre, parfumée à la fleur d'oranger, décorée avec des fruits confits et de gros grains de sucre. À l'intérieur, nous y ajoutons une fève, la vraie. On y place aussi une petite figurine appelée ici un santon

Avant la découpe du gateau des Rois, quelques règles s'imposent : la tradition veut que la personne la plus jeune se mette sous la table et c'est à elle que revient le devoir de distribuer chaque part de gâteau. Et c'est à la personne qui reçoit la fève d'apporter le prochain gâteau. Gourmandise ? Cette tradition se prolonge jusqu'au 2 février, à la Chandeleur. Et à la Chandeleur, ce sont les crèpes qui sont à l'honneur.